Rishikesh, haut lieu mondial du yoga

Des dizaines de milliers d’Occidentaux se rendent tous les ans à Rishikesh, une ville indienne considérée comme la capitale mondiale du yoga. Si l’aventure vous tente, voici à quoi vous attendre…

Décrété en 2014 par les Nations unies à l’initiative du Premier ministre indien Narendra Modi, qui voit dans le yoga un levier d’influence culturelle de son pays, cet événement rassemble une nouvelle fois des dizaines de milliers de pratiquants à travers la planète. « Imaginez cela ! Le Premier ministre est allé à l’Onu et a parlé des bienfaits du yoga… Aujourd’hui le yoga est partout »,constate Saraswati, dans son ashram Parmarth Niketan, des assistants prostrés à ses pieds.

Album blanc

Venus échapper un temps à la fièvre de la « Beatlemania », en quête d’éveil spirituel et d’immersion dans la culture indienne, les « Fab Four » et leurs familles ont séjourné dans l’ashram du Maharishi Mahesh Yogi – dont Ringo Starr est reparti au bout de dix jours, ne supportant pas la cuisine locale. « Ils ont écrit 48 chansons ici. Nombre d’entre elles figurent sur L’Album blanc, l’un de leurs enregistrements les plus populaires », explique Raju Gusain, 47 ans, un journaliste local et fin connaisseur de ce séjour mythique. « La visite a complètement transformé les Beatles. »

Le gourou Swami Chidanand Saraswati. (Photo: Sajjad Hussain/AFP)

Le reste du groupe est parti au bout de huit semaines. Le site de leur ashram est à l’abandon depuis 2001, mangé par la végétation. Un programme de restauration et de protection du lieu est actuellement en cours.
Atta Kurzmann, 68 ans, une Américaine en visite à Rishikesh fait ainsi partie de ceux inspirés par leur exemple à l’époque. Elle travaille désormais comme professeure de yoga aux États-Unis. « Je suis rentrée dans la spiritualité indienne à cause de George Harrison en sachant qu’ils sont venus à Rishikesh. S’intéresser à des niveaux supérieurs de conscience qui n’impliquaient pas de drogues c’est attirant, raconte-t-elle. C’est ce qui m’a fait venir à l’origine en Inde dans ma vingtaine. »

L’ashram fréquenté par les Beatles tombe en ruines. (Photo: Sajjad Hussain/AFP)

« J’étais déprimé »

Loin des foules, dans l’ashram Anand Prakash, des clients principalement jeunes et étrangers payent 1050 roupies (13,3 €) par nuit pour le gîte et les repas – végétariens, bien sûr. L’un d’entre eux, le Mexicain Pablo Rueda a décidé de venir pour une semaine après avoir perdu son travail d’ingénieur aérospatial au Canada. « J’étais déprimé et me demandais que faire de ma vie », confie-t-il au sortir du petit-déjeuner, où les convives s’assoient sur le sol et mangent en silence à de petites tables individuelles. « Je voulais pratiquer le yoga, que j’adore, et méditer. »

Recueillement dans les eaux du Gange. (Photo: Sajjad Hussain/AFP)

La routine de l’ashram est stricte. Le lever à 5h du matin est suivi par une demi-heure de méditation. Puis les résidents effectuent 90 minutes de yoga sur le toit, pour le lever du soleil, suivies d’une autre demi-heure de mantras (incantations) autour d’un feu avant le petit-déjeuner. Le reste de la journée est libre, consacré à la méditation, la lecture et aux visites du coin. À 18h, nouvelle session de yoga, puis souper et extinction des feux de bonne heure.

Si on y pratique une discipline austère et plurimillénaire, l’ashram n’est pas pour autant coupé de la modernité et est même équipé de wifi. « Je continue à regarder Facebook étant donné que j’aime bien partager des photos de mon voyage », reconnaît le voyageur mexicain.

C’est ce jeudi la journée mondiale du yoga. (Photo: Sajjad Hussain/AFP)
Le passage des Beatles à Rishikesh a contribué à placer l’endroit sur la carte mondiale du yoga. (Photo: Sajjad Hussain/AFP)
merci de vous abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires